Livraison gratuite de plus de 70 $ en CA ou 100 $ aux États-Unis

Ancien secret chinois? Le riz fermenté diminue le cholestérol


Une étude allemande publiée le mois dernier (juillet 2016) montre que l'intérêt pour les attributs de santé du riz est en croissance, en particulier le type fermenté avec un champignon appelé Monascus purpureus. Ce riz a été utilisé dans la médecine traditionnelle chinoise depuis des siècles, mais gagne des intérêts en raison des effets d'abaissement de la LDL-cholestérol de son composé appelé monacoline K. "Riz de levure rouge" est une nourriture traditionnelle dans de nombreux pays asiatiques, utilisée pour promouvoir la digestion. et circulation sanguine depuis la dynastie Ming. Il est fabriqué en fermentant du riz blanc grave avec Monascus purpureuset la couleur rouge, les arômes et les composants tels que les monacolines se produisent en raison de la fermentation.

Les effets d'abaissement du cholestérol du riz à levures rouges dans des suppléments d'extrait de dose supérieure et des médicaments sur ordonnance sont déjà bien connus. Mais cette équipe de recherche voulait savoir si de faibles doses peuvent également réduire le cholestérol et d'autres graisses sanguines. Ils souhaitaient également tester l'effet d'abaissement de l'homocystéine de l'acide folique.
 
Étudier 142 personnes atteintes de cholestérol élevé (pas sur les drogues statines), les chercheurs ont donné des participants à la levure rouge extrait de riz contenant 3 mg de monacoline K avec 200 mcg d'acide folique par jour. Après 12 semaines, une réduction de 14,8% du cholestérol LDL, 11,2% de réduction du cholestérol total et de 12,5% de réduction de l'homocystéine. Aucun changement significatif n'a été trouvé chez ceux qui prennent le placebo. Aucun effet secondaire négatif n'a été observé.
 
(Tina Heinz, Jan Philipp Schuchardt, Katharina Möller et al., "Effet abaissant LDL-cholestérol de Monacolin K de Red Yeast Rice Extrait - Résultats d'une étude d'intervention contrôlée par placebo", Journal de recherche nutritionnelleJuillet 2016, Institut de sciences de l'alimentation, Université de Leibniz Hannover, Allemagne http://dx.doi.org/10.1016/j.nutres.2016.07.005)

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés